La trame d’impression : être au-delà des standards !

La trame d'impression : être au delà des standards
Une fois le document achevé dans son format numérique, il est fin prêt pour une sortie sur plaque – dans un système CTP (Computer To Plate) standard de l’impression offset. Le document numérique doit être converti dans un format de fichier pouvant être imprimé ou affiché à l’écran. C’est la rastérisation, processus consistant à convertir du texte et des images en points de trame au moyen du tramage, qui constitue le fondement de toutes les techniques de production et d’impression.

Une trame est composée de petits points organisée en rangées serrées. En divisant l’image en très petites parties imprimées, les trames trompent l’œil – selon le principe du pouvoir de séparation de l’œil humain – en lui faisant croire qu’il voit des gradations continues. Lorsque l’image est regardée à une distance normale, l’œil les mélange, et on a l’impression de voir des tons continus. Plus les divisions sont petites, meilleure est la qualité de l’image.


Escourbiac l'imprimeur, la trame d'impression


La taille des points varie en fonction des tons que l’on souhaite simuler : petits dans les zones claires, plus grands dans les zones foncées. Plus les rangées de points sont denses, plus la linéature est élevée. La linéature mesure le nombre de lignes de cellules de trame par pouce, l/p (lignes par pouces). Plus la linéature est élevée, plus les détails de l’image seront fins. La norme en France est de 150 l/p, le standard chez Escourbiac l’imprimeur est de 170 l/p pour l’essentiel des travaux de communication.

Tous les livres ou documents de prestige sont réalisés chez Escourbiac l’imprimeur en trame mixte (ou XM)  « Maxtone 240 » de chez Kodak 240 l/p. L’avantage de la trame mixte est d’associer les avantages des deux principales techniques : le tramage classique AM (à modulation d’amplitude) qui fait varier la taille du point (son amplitude), et le tramage FM (à modulation de fréquence) qui fait varier la fréquence du point. Grâce à cette approche, chaque technologie est appliquée aux étapes pour lesquelles ses qualités sont les meilleures : la FM pour les ombres et les hautes lumières, et l’AM pour les tons moyens, permettant ainsi un meilleur rendu des détails, et une linéature de trames plus élevée permettant d’éviter le moirage tout en conservant la régularité des teintes en aplat.


2015-02-08_09.25.04_m