Beaux livres

Titre : "Rien ne se perd, tout se métamorphose"

Auteur : Promotion 2018-2019 du Master Création Éditoriale Multi-Supports de la Sorbonne, Université Paris IV

ISBN : 978-2-9566443-0-9

Éditeur : Les Nouveaux Corps Éditions

Conception graphique : Marie Rodriguez, Lucille Hennion et Marine Leroux

Illustrations : Sélim Mokhtari, Lucille Henion

Illustration de couverture : Idées noires, Lucille Henion

Nombre de pages : 152

Façonnage : format 15 x 24,30 cm à la française, habillage de couverture rembordé sur carton 30/10, intérieur 18 x 8 pages + 2 x 4 pages, 2 x 4 pages avec découpes, le premier cahier de 4 pages de découpe encarté autour du 8ème cahier de 8, et le second cahier de 4 pages de découpe encarté autour du 12ème cahier de 8, gardes rapportées 2 x 4 pages, reliure cartonnée, cahiers cousus, dos droit repincé

Impression :
- Habillage de couverture :
quadri recto, pelliculage mat anti-rayures recto
- Gardes rapportées :  quadri recto
- Intérieur : quadri recto/verso

Types de papiers utilisés :
- Habillage de couverture :
imprimée sur couché demi-mat 135 g
- Gardes rapportées : imprimées sur offset blanc 170 g
- Intérieur : imprimé sur Cyclus Offset Recycle 140 g

Rien ne se perd, tout se métamorphose

Rien ne se perd, tout se métamorphose, Les nouveaux corps éditions, intérieur

Rien ne se perd, tout se métamorphose est un recueil de textes et d’illustrations sur le thème des métamorphoses que la société contemporaine impose à nos corps. L’ouvrage, tour à tour décalé, drôle, sarcastique, sombre ou onirique, est l’œuvre collective de la promotion 2018-2019 du Master Création Éditoriale Multi-Supports de la Sorbonne, Université Paris IV. Il s’agit d’une édition collaborative, Les Nouveaux Corps Éditions, permettant à 29 artistes, créateurs.rices, illustrateur.rices et auteur.rices en herbe de s’exprimer sur un thème actuel, le tout financé par une campagne de financement participatif sur Ulule. Les 152 pages imprimées en quadrichromie HR UV sur papier Cyclus Offset recyclé présentent 35 nouvelles et 22 contributions graphiques. Le beau livre à la couverture cartonnée est fabriqué dans un format original (15 x 24,3 cm à la française), avec des découpes intérieures pour mettre en valeur les illustrations.

 

Car désormais c’est le son et l’image qui nous protègent les uns des autres de cette intimité forcée. Car dans nos oreilles aux formes spirales se sont vissées de petites enceintes qui encrent chaque individu dans un univers sonore à l’étrangeté familière, un aire ou une voix connus, choisis.

Car devant nos yeux glissent des contenus divers, film, livre, vidéo, image, commentaire, message dictés par nos clignotement de paupière.

Les lèvres se meuvent vite sur nos visages aux yeux nerveux, transmettant par micro une idée, un sentiment bien au-delà des corps enchevêtrés du métro.

Et de tout ce wagon à mille têtes, comme un seul monstre éphémèrement constitué, rayonnent des milliards de connexion qui s’entrecroisent au loin, dans un espace chimérique, sans pour autant se toucher.

– extrait de Métrographie, Émilie Brusson, page 5 et 6.