Divers

Titre : "Du Puy d'Issolud au Tomoros, Souvenirs d'un jeune poilu"

Auteur : François Saule

Recueil des souvenirs : Marcel Saule

Conception graphique, mise en page : Marie Lauribe

Retouche numérique : Laurent Hangard

Nombre de pages : 88

Façonnage : format 16 x 23,5 cm à la française, couverture 4 pages, intérieur 5 cahiers de 16 pages + 1 cahier de 8 pages, dos carré cousu

Impression :
- Couverture :
quadri recto/verso
- Intérieur : quadri recto/verso

Types de papiers utilisés :
- Couverture :
imprimée sur Munken Lynx 300 g
- Intérieur : imprimé sur Munken Lynx 130 g

Du Puy d’Issolud au Tomoros, Souvenirs d’un jeune poilu

Du Puy d'Issolud au Tomoros, Souvenirs d'un jeune poilu, François Saule, autoédition, intérieur


Du Puy d’Issolud au Tomoros, les souvenirs d’un jeune poilu est un récit de François Saule exprimé en patois quercynois, recueilli par son fils Marcel. L’histoire d’un jeune homme de 19 ans, orphelin, résidant au Puy d’Issolud, lieu-dit de la commune de Vayrac dans le Lot, dans la vallée de la Tourmente, mobilisé le 1er août 1914 pour partir à la guerre, participant à la bataille de la Somme, puis à la campagne d’Orient et à la bataille de Monastir en Macédoine, sur la colline de Tomoros. Une première partie conte l’histoire du jeune homme avant la guerre et le mode de vie de l’époque; Un témoignage à la fois commun et extraordinaire, racontée dans ce petit livre mise en page par Marie Lauribe, et illustré de quelques photos d’époque retouchées par Laurent Hangard. L’ouvrage est une brochure à la reliure souple, dos carré cousu, de 88 pages imprimées en quadrichromie, en offset HR-UV, sur papier Munken Lynx d’Arctic Paper.

 

L’hommage rendu aux Poilus d’Orient par l’écrivain combattant P. Chanlaine dans l’ouvrage sur la Grande Guerre cité en référence termine l’évocation de cette longue et difficile épreuve :

La besogne accomplie dans ce pays est de celles dont on a peu parlé. La gloire qui a empanaché les drapeaux des régiments de là-bas est une gloire obscure. Et pourtant on ne dira jamais assez quel héroïsme nos soldats déployèrent. Poilus d’Albanie qui êtes revenus de la Grande Épopée, souvenez-vous des jours de douleur, des retraites dans la boue et la neige, lorsque transis de froid et mordus par la faim vous retrouviez courage en pensant au retour… Et dites vos souffrances afin que ceux qui n’ont rien vu, n’ont rien fait et qui se sont enrichis pendant que vous vous battiez, sentent bien que le luxe insolent dont ils se travestissent n’est qu’une très pauvre chose auprès de la gloire qui vous auréole.

Extrait du livre, page 86