Phototrend – Interview avec Escourbiac, imprimerie de haute qualité et spécialiste du beau livre et livre photo

Phototrend – Interview avec Escourbiac, imprimerie de haute qualité et spécialiste du beau livre et livre photo

Fondée en 1963 à Graulhet dans le Tarn par Michel Escourbiac, l’imprimerie est une entreprise familiale et une aventure de passionnés d’art. D’abord musicien et imprimeur, Michel Escourbiac est aussi un amateur de photographie et compte à l’époque plusieurs livres photo qu’il a créés lui-même. En 1997, l’imprimerie est reprise par son fils Philippe, puis son frère, Alain, rejoint l’entreprise en 1998 en prenant en charge le nouveau bureau parisien.

Et c’est dans ce bureau, rue Marcadet dans le 18ème arrondissement, que j’ai rendez-vous avec le conseiller commercial, John Briens, pour parler métier d’imprimeur, traitement des images et façonnage de livres. Car, un imprimeur n’est pas qu’un « noircisseur de papier », son rôle va bien au-delà. Et c’est ce que l’on comprend quand on entre dans le large showroom d’Escourbiac où se mêlent présentoirs de livres d’art, de fascicules commerciaux et de périodiques, échantillons de matières et papiers, etc.

 

« Un imprimeur va au-delà de son pur rôle d’impression »

« Derrière le mot imprimeur, il se cache plusieurs réalités différentes. Quand un photographe vient nous voir pour réaliser un livre photo par exemple, c’est comme s’il venait demander les conseils d’un coach en impression : on parle qualité photo, mise en page, chromie, papier, filière de distribution, coût d’affranchissement, marketing, crowdfunding, etc. », explique John Briens installé à la table ronde à laquelle il reçoit régulièrement ses clients pour les conseiller dans leur démarche d’édition ou d’auto-édition. « On dépasse largement le spectre du rôle simple d’imprimeur tel que les néophytes peuvent le penser. »

Ici, l’imprimeur, c’est celui qui crée un livre unique, qui ne ressemble à aucun autre et correspond à l’univers de l’auteur-photographe : c’est une « transformation du travail du photographe en un objet graphique dans lequel ce sont bien les photos du photographe qui sont imprimés, telles qu’il les a conçues ».  Pour John Briens, « un livre, c’est comme de la musique, tout est en harmonie ensemble, avec l’univers de l’artiste. Ici, on essaie de faire de belles symphonies sur le papier ».

LA SUITE SUR LE SITE DE PHOTOTREND

Nat’images – Le livre du mois : Sensations, Éloge de l’essentiel – Sandrine & Mat Booth

Nat’images – Le livre du mois : Sensations, Éloge de l’essentiel

Le n°42 de février-mars 2017 présente dans sa rubrique « Le livre du mois » Sensations, Éloge de l’essentiel de Sandrine & Mat Booth. En voici quelques extraits :

Pourquoi avoir choisi l’autoédition ?

On avait des idées assez claires sur le type de livre qu’on voulait faire – un beau livre, qui soit comme un objet d’art et dans lequel on puisse retrouver le côté précieux et unique des moments vécus dans la nature. On ne voulait pas faire de compromis sur ces points, alors il nous a semblé qu’il serait plus judicieux de passer par l’autoédition. Du coup, la diffusion nous incombe, mais c’est sans regret, nous avons le livre dont nous avions rêvé !

Pourquoi avoir choisi de l’imprimer chez Escourbiac ?

La réputation d’Escourbiac les précède, et en plus un ami dans l’édition nous avait conseillé il y a plusieurs années de travailler avec cette imprimerie. Nous avons échangé avec Olivier Gaudefroy sur les choix de papier, sur le type de couverture réalisable, l’accompagnement proposé et les prix évidemment. Après ces échanges, nous avions déjà pris notre décision. En réalité, nous n’avons pas demandé un deuxième devis.

L’achat de Sensations peut se faire en ligne sur le site de Sandrine et Mat Booth : prises2vues.fr/shop-tirages-stages/livres-tirages-dart/

Photographie : le petit bijou africain de Jean-Jacques Moles

La Dépêche du Midi – Photographie : le petit bijou africain de Jean-Jacques Moles

Le Tarn-et-Garonnais Jean-Jacques Moles avait exposé ses magnifiques portraits noir et blanc en février 2014 au centre culturel Bellegarde, à Toulouse. L’ancien instituteur y montrait son goût pour le voyage, à Cuba, en Roumanie et plus encore en Afrique ; son empathie pour les humains de rencontre, saisis avec simplicité et profondeur. Tout cela, on le retrouve dans le délicieux livre objet «Aux portes du Bénin» qui réunit 15 photographies en noir et blanc, imprimées sur carton comme le seraient de grandes cartes postales tout en hauteur. Une jeune fille sourit timidement, appuyée sur son vélo, une femme torse nu donne le sein devant sa maison, un adolescent pose devant la porte d’une classe. Sur le mur est écrit «Dieu est grand». L’ouvrage, réalisé par Escourbiac, à Graulhet, et vendu 20 €, est disponible directement chez le photographe (j.j.moles@orange.fr).

La Depeche – Exposition Artigue de Gaillac : le livre

(suite…)

Touléco-Tarn. L’imprimerie Escourbiac se démarque grâce à l’impression artistique

Article paru dans Touléco-Tarn, l’hebdomadaire de l’économie tarnaise, publié le mardi 17 mai 2016 par Anne-Marie Bourguignon.

(suite…)

La Depeche – Marion Dubier Clark de Graulhet aux USA et au Japon

Article paru dans la Dépêche du Midi – Actualités – Grand Sud – Tarn,  Albi, sorties, le dimanche 6 mars 2016.

Marion Dubier Clark aux côtés de Jean-Pierre Gardelli

(suite…)

Le Monde des Livres – Le Louvre insolent, un musée subjectif

Article paru dans Le Monde des Livres – Livres en bref, , le jeudi 28 janvier 2016. Rédigé par Astrid Landon.

(suite…)

La Depeche – La Revue du Tarn se consacre aux entrepreneurs tarnais

Article paru dans la Dépêche du Midi – Actualités – Grand Sud – Tarn,  Albi, sorties, le mercredi 23 décembre 2015.

(suite…)

Reporterre – Gestes de terre, et la danse

Article paru dans Reporterre, le quotidien de l’écologie, le mercredi 9 décembre 2015

(suite…)

La Depeche – Livre « Nostra Montanha » : Que leur montagne est belle

Article paru dans la Dépêche du Midi – Actualités – Grand Sud – Tarn,  le mercredi 9 décembre 2015 :

(suite…)