Revues

Titre : "LeRouge&leBlanc - N°137 Été 2020"

Auteur : Collectif

ISSN : 0759-6642

Éditeur : Le.Rouge.&.le.Blanc

Direction de la publication : Jean-Marc Gatteron

Rédacteur en chef : Philippe Barret

Comité de dégustation et de rédaction : Philippe Barret, Jean-Marc Bellier, Philippe Bouin, Emmanuel Costa Sedille, Solon Douligéris, Jean-Marc Gatteron, Mathias Ginet, Henri-Noël Lagrandeur, Sonia Lopez Calleja, Rémi Lorenzi, Guy Mandéry, Yaïr Tabor, Fabrice Tessier, Emmanuel Zanni, Samuel Cogliati

Conception graphique : Maurice Corlat

Maquette, réalisation : Valérie Leuridan

Secrétariat de direction : ZéroFaute

Nombre de pages : 52

Façonnage : format 2 1x 27 cm à la française, Piquüre 2 points métal

Impression : quadri recto/verso

Types de papiers utilisés : imprimé sur Munken Lynx 90 g

LeRouge&leBlanc – N°137 Été 2020

LeRouge&leBlanc, N°137 - Été 2020, intérieur

N° 137 – Été 2020 de la revue trimestrielle LeRouge&leBlanc, revue trimestrielle libre et indépendante, sans publicité ni sponsors depuis 1983. LeRouge&leBlanc est animé par un collectif constitué d’amateurs, travaillant ou non dans le domaine du vin, avec comme projet commun le goût du vin, des gens qui le font, et la défense des vins de terroir. Ce numéro de l’été 2020 présente un dossier sur le Cairanne, une dégustation / enquête sur le Carignan (« Cépage maudit ou cépage magique ? »), un article sur la naissance du Syndicat de défense des vins naturel’l, une rencontre avec le Domaine de la Soufrandière (Bret Brothers – Maçonnais) et trois coups de cœur pour le Domaine Les Maous (Vin de France – Luberon), le Domaine André Kleinknecht (Alsace) et le Domaine Nicola Jacob (Jura – L’Étoile). Les 52 pages du magazine sont imprimées en offset, trame fine 240 encres HR-UV, sur papier Munken Lynx 90 g/m2 d’Arctic Paper. L’ouvrage est une piqüre 2 points métal au format A4 à la française.

 

La crise sanitaire de ce printemps 2020 n’a pas épargné le monde du vin. Les ventes se sont effondrées et ce phénomène touche particulièrement les vins que nous apprécions le plus, ceux que nous défendons dans ces colonnes. La situation d’un nombre important de domaines est grave, parfois alarmante, et les plus fragiles en trésorerie risquent sans doute la faillite.
La « congélation » générale de la vie sociale et des échanges économiques aura de graves conséquences pour de nombreux vignerons. En effet, dans les deux filières principales de diffusion des vins de qualité, les cavistes et la restauration, les ventes ont été totalement stoppées ou presque pendant deux mois, sauf sur les sites Internet (+ 70%). Elles n’ont repris que timidement, fin mai, dans le réseau des cavistes, essentiellement en faveur de vins à bas prix, la vente des « Bag-in-Box » (BIB) ayant même explosé durant cette période, une menace inquiétante de nivellement par le bas pour l’avenir.
Extrait de l’édito, « Corona vinus »