Beaux livres

Titre : "François Chat, Une trajectoire de l'indéfini"

Auteur : Marc Moreigne

ISBN : 979-10-693-3397-2

Texte : Marc Moreigne

Conversation : Marc Moreigne - François Chat

Préface : Robert Wilson

Photographies : Cordula Treml

Graphisme : Anne-Marie Latrémolière

Nombre de pages : 96

Façonnage : format 16,50 x 21,50 cm à la française, couverture 4 pages, marquage à chaud, dos carré collé

Impression :
- Couverture :
marquage à chaud galbé blanc d'une dizaine de points sur plat I de couverturre
- Intérieur : noir recto/verso

Types de papiers utilisés :
- Couverture :
imprimée sur Curious Matter Adiron Blue 270 g
- Intérieur : imprimé sur offset blanc bouffant 90 g

Site de François Chat: http://www.francoischat.com/

François Chat, Une trajectoire de l’indéfini

François Chat, une trajectoire de l'indéfini, Marc Moreigne, intérieur

Une trajectoire de l’indéfini retranscris une conversation menée sur plusieurs séances entre l’écrivain Marc Moreigne, spécialiste du cirque, et l’artiste François Chat, acteur, danseur-jongleur et metteur en scène. La création, l’aléatoire, le  corps, le cœur, la tension, le désir, la mémoire, la prise de risque, entre autres, sont les sujets questionnés et débattus tout au long des 96 pages du livre, avec une grande liberté de parole et d’esprit. L’ouvrage démarre sur une préface rédigée par le célèbre metteur en scène américain de théâtre Robert Wilson.  Le petit livre se distingue par la dizaine de points blancs en relief déposés par marquage à chaud galbé blanc sur le bleu intense de la couverture réalisée sur papier Curious Matter Adiron Blue d’Arjowiggins.

 

François a cette conscience unique du mouvement et du son intérieurs. Grâce à cela, il parvient dans son travail à tracer une ligne continue sur la scène. Et ce, quel que soit le type de jeu qu’il développe, narratif ou abstrait. Il est intéressant de noter qu’à un âge précoce, il pouvait déjà penser sans effort de manière abstraite. … / … Il a une façon très personnelle de sentir l’espace qu’aucun  auteur / compositeur / chorégraphe / metteur en scène ne peut diriger ni même imaginer. Il est passé maître dans l’art de créer un point d’équilibre extrême, au bord du danger. Dans ce livre, François Chat et Marc Moreigne interrogent la nature du geste de création, ainsi que les risques et désirs conscients et inconscients qui précèdent ou prolongent la représentation. Ils cherchent à embrasser l’ensemble des intentions qui nourrissent le processus de création.

– Robert Wilson, extrait de la préface

 

Écrivain, Marc Moreigne travaille depuis plusieurs années dans les champs croisés du théâtre, du cirque, de la performance et de l’art contemporain. Après un parcours initial comme acteur et metteur en scène, il travaille un temps au ministère de la Culture avant de s’orienter vers une démarche plus personnelle d’écriture, de dramaturgie, de recherche critique et d’accompagnement de projets artistiques, éclectiques et singuliers. Entre 2002 et 2009, il fait partie du comité de rédaction de la revue Arts de la piste et de l’équipe artistique de l’association Hors les murs. En 2010, il publie deux ouvrages consacrés au cirque contemporain : Les Arts Sauts, livre d’entretiens réalisés avec le collectif  de trapézistes (Actes Sud/CNAC) et Corps à corps, visions du cirque contemporain (éditions de l’Amandier).

Acteur, danseur-jongleur, metteur en scène, interprète d’une forme singulière du théâtre du corps et de l’image, François Chat est un artiste atypique et imprévisible. A 15 ans, il présente son premier solo Clip-Clop, performance de 10 minutes qui contient en germe ce qui deviendra trois ans plus tard L’Oeuf du vent, spectacle inclassable, poétique et audacieux. A 16 ans, il rencontre Robert Wilson, qui lui consacre quatre ans plus tard Wings on Rock. François Chat vit à Paris et à Venise, où il élabore ses spectacles  au CTR (Centro Teatrale di Ricerza). Après Indéfini, son dernier opus solo en 2011, l’artiste inaugure avec Carapace concave, pièce pour une dizaine d’interprètes, une nouvelle phase qu’il nomme « travail de compagnie », sorte de transmission de son langage jusqu’alors personnel. Il poursuit son fidèle chemin : indisciplinaire.