Beaux livres

Titre : "Jean Lafont"

Auteur : Hocine Rouagdia, Florence Bennouar, Roland Massabeau, Stéphane Barbier

ISBN : 978-2-919208-51-7

Éditeur : Éditions Atelier Baie

Projet éditorial imaginé par : Hocine Rouagdia

Textes : Florence Bennouar, Roland Massabeau et Horace Rouagdia

Portraits : Stéphane Barbier

Préface : Benoît Duteurtre

Graphisme, direction artistique et édition : Bruno Doan

Assisté de : Laure Michel

Nombre de pages : 176

Façonnage : format 17 x 24 cm à la française, couverture 4 volets, 2 volets dépassants de 13,3 cm, rainage et pliage des rabats, sous-couverture vierge, dos carré cousu, couverture dépassante

Impression :
- Couverture :
quadri + 1 pantone métal 875 recto/verso, finition pelliculage mat anti-rayures recto
- Intérieur : quadri recto/verso

Types de papiers utilisés :
- Couverture :
imprimée sur couché demi-mat 100 % PEFC 300 g
- Sous-couverture : Sirio Color Pietra 170 g
- Intérieur : imprimé sur Chromomat Matt blanc 100 % PEFC 170 g

Jean Lafont

Jen Lafont, projet éditorial imaginé par Hocine Rouagdia, Atelier Baie, intérieur

Éleveur de taureaux de Camargue, esthète éclairé et amateur d’arts, créateur d’un arboretum remarquable et d’une boîte de nuit flamboyante restée dans les annales (la Churascaïa à Vauvert dans le Gard), initiateur d’opéras retentissants dans le cadre des arènes de Nimes, Jean Lafont a laissé son empreinte d’homme libre et déterminé depuis son royaume de Camargue. Des proches, dont Sophie Calle, Benoît Duteurtre, Jean-Michel Othoniel et Jean-Claude Carrière, commentent et prolongent l’album étourdissant d’une vie. Projet éditorial imaginé par Hocine Rouagdia, le beau livre édité par l‘Atelier Baie mélange textes, photos, et extraits des différents scrapbooks, albums de collage, dessins, articles de journaux, courriers et dédicaces tenues et annotées par Jean Lafont. Les 176 pages de l’ouvrage sont imprimées en quadrichromie sur papier Chromomat Matt blanc d’Arjowiggins.

 

Sans-doute aurait-il renvoyé son sourire énigmatique à quiconque aurait prétendu qu’il était artiste, à sa façon. Jean Lafont avait trop fréquenté de vrais écrivains, de peintres, de musiciens, pour prendre au sérieux la catégorie de ceux qui sont « artistes dans la vie »… Il n’en mettait pas moins beaucoup de soin, d’esprit, de talent, dans les activités les plus diverses, qu’il s’agisse d’opéra ou de tauromachie ; et sa personnalité s’exprimait également dans chaque détail de la vie quotidienne : le décor de sa maison, la préparation des repas, l’organisation de son jardin aux essence rares et les passions successives qui rythmaient ses années, l’une éclipsant quelquefois la précédente.

– Benoit Duteurtre, extrait de la préface « Jean et ses mystères »

 

« J’aimerais qu’on retienne de moi l’image d’un éleveur sérieux. Et pour le reste celle d’un homme qui a aimé la vie sous toutes ses formes. Et passionnément. Et l’humour en plus. »

– Message de Jean Lafont à Sophie Calle, extrait du quatrième de couverture