Actualités

1er confinement : après la sidération, l’inspiration…

Le lundi 16 mars 2020, l’état français annonçait le début d’un confinement de quinze jours minimum, il allait effectivement commencer le lendemain mardi 17 à 12h. On connaît la suite… Si ce fut le début d’une période difficile, notamment pour le monde des arts, du spectacle et de la culture, ce fut paradoxalement une période d’inspiration pour beaucoup d’artistes. Une vingtaine de beaux livres sont ainsi sorti de nos presses avec le confinement comme sujet.

Des photographes ont immortalisés les villes désertes, comme Paul Lesourd (Paris Respire), Danièle Taulin-Hommell  (Asnières, le temps suspendu), Sylvie Hatier (Grignan au temps du confinement) ou Benjamin Galindo (Mazamet – Regard sur le confinement). Myriam & Christian Simon se sont consacrés à la nature dans le paramètre restreint autorisé (Les déconfinés du Printemps).  Nicolas Seurot photographie l’intimité de prisonniers du dimanche, famille & amis (Confinés). D’autres ont recensé des photos, comme Jordane Saget (Cinquante-six jours) ou Miwa Collection qui a lancé le concours des 100 plus belles photos du Bénin,  ou ont privilégié la joie et le sourire, comme Aline Dautresme & Marie-Laure Issenmann (Des confinés heureux)  ou Sylvain Sester publiant La Vie est Belle !

Les peintres et autres illustrateurs se sont eux pour la plupart pliés à un rituel quotidien : créer une œuvre par jour : Agnès Goyet (Carnet d’agnès – Chrysalide),  Benoît Mercier (Confins), Anne Bosquet (Traversée d’un confinement), Carole Deltenre (Carnet de confinement à l’air libre). D’autres comme Sandrot ont traité le thème de la pandémie et de ses conséquences (Carnet de confinement). Frèd Blanc, artiste pluridisciplinaire s’est lui appliqué à un rituel en affiches typo, puis affiches photo et enfin en photos sur Paris (Le Paris confiné). Et enfin, Philippe Prouff s’est inventé un voyage intérieur en vidéo sous forme d’abécédaire (L’abécédaire de Philippe Prouff).

Finissons avec deux superbes ouvrages en hommage aux soignants : le reportage photographique de Nicola Vigilanti à l’Infirmerie Protestante de Lyon (Face à l’invisible) et le double reportage photo et texte de Sandra Chenu Godefroy et Jean-Luc Riva à l’HIA Bégin de Saint-Mandé (Covid19, ce que veut dire être soignant).

 

 

 

Confinement, livres Escourbiac